Le blog de Portail de Provence

Le village d’ Entrecasteaux

Forteresse moyenâgeuse, renaissance ou templière, les châteaux dominent certains villages comme des témoins de l’histoire du territoire :

Selon vous, quel est l’élément le plus important d’un forteresse, Ses murs ? Ses canons ? Sa position ? Non, ce sont les hommes qui se tiennent derrière les remparts et qui disent à l’ennemi : « Non, vous ne prendrez pas cette place. »

Déluge d’acier de Graham McNeill

Découvrir Entrecasteaux

Ce charmant village, à l’abri de son imposant château, chef d’œuvre de l’architecture provençale, vous invite à une étape “Grand Siècle”.

Le fameux “petit” jardin à la française et la grande place, à l’ombre des platanes séculaires, laissent supposer la vie quotidienne des grandes familles provençales d’autrefois.

Madame de Sévigné, entre autre, y séjourna et y entretint ses fameuses correspondances avec sa fille.

Originellement le site, probablement habité depuis
le néolithique, fut choisi car abrité du vent et proche
d’une rivière. Les Ligures, les Celtes puis les Romains
occupèrent tour à tour ce promontoire rocheux. Au Moyen
Age, les oppidums laissèrent la place à des maisons
fortifiées ou « castellos ».

Edifié au centre d’un triangle formé par les castellos de
Salgues, Rifforan et Pardigon, le village tire probablement
son nom de sa situation géographique et « intercastellos »
apparaît pour la première fois en 1012 dans le Cartulaire
de Saint-Victor à Marseille.

A l’intérieur de plusieurs rangs de fortifications
successifs, le village va se développer au fil des siècles
autour du domaine détenu, aux environs de l’an 1000, par
la famille Châteaurenard.

A partir du XIe siècle, le domaine devient propriété des
Castellane, par ailleurs seigneurs de Grignan.
C’est François Adhémar de Castellane, comte de Grignan,
gendre de la Marquise de Sévigné et Lieutenant Général de Provence,
qui donne au château sa forme actuelle et le dote d’un jardin “à la française”
attribué par André Le Nôtre, le jardinier de Louis XIV.

En 1714, le fief est revendu à Raymond Bruny.
Le membre le plus illustre de cette famille est l’Amiral Bruny d’Entrecasteaux,
connu pour avoir conduit l’expédition partie à la recherche de La Pérouse.

Visite du village

Sur le parcours de la Bresque, niché entre
deux gorges qui verrouillent le site, le village
d’Entrecasteaux se découvre au détour de la route.
Edifié sur un piton rocheux qui domine la rivière,
le village médiéval, flanqué d’un château fort, était
ceinturé de remparts dont des vestiges
subsistent dans l’habitat actuel.
Il s’est ensuite développé aux XVIème et XVIIème siècles,
le long de la falaise qui borde la rivière, puis le long
de celle qui domine le château face au Nord.

Dressé au centre du village, le château d’Entrecasteaux
est un chef d’œuvre de l’architecture provençale.
L’ensemble qu’il forme avec son jardin Le Nôtre s’impose
au visiteur dès son arrivée sur la place. Edifié au XIème siècle
par les Castellane, seigneurs du fief, c’est au Comte de Grignan,
que revient le château de ses ancêtres en héritage en 1670.
Grand admirateur des jardins de Versailles, il dotera son château
d’agrément d’un jardin a la française attribué à André Le Nôtre.
En effet, pendant un séjour à la cour du Roi Soleil,
il avait admiré les jardins de Versailles et souhaité
retrouver le style « à la française » dans son domaine.
Ainsi a été reproduit le classicisme architecturé des jardins royaux
avec ses allées de buis taillés, son bassin et le portail
d’entrée en ferronnerie du XVII ème siècle.

Il revendra son domaine en 1714 à la famille Bruny qui lui
donnera sa forme actuelle. Aujourd’hui son propriétaire,
Alain Gayral, s’est attaché à le faire revivre dans toute sa splendeur.

Inscrit à l’Inventaire des sites pittoresques du Var,
le village se révèle ensuite au gré de la promenade :
les fontaines , les rues étroites entrecoupées d’escaliers et de calades,
bordées de belles maisons anciennes aux façades hautes et fières;
portes des XVIIe et XVIIIe siècles, fenêtres à meneaux,
toitures bordées de riches génoises, anciens moulins à huile et,
au centre du village, l’ancienne chapelle des Pénitents Blancs
du XVIIe siècle qui abrite aujourd’hui la Mairie entièrement réhabilitée.
A voir également le lavoir et les ponts Saint –Pierre et Sainte-Catherine
( XVIIIe siècle), l’Eglise Saint-Sauveur (XIIIe siècle) et la chapelle
Notre-Dame-de l’Aube ( XIIe siècle, classée monument historique)
toutes deux bâties par les moines de l’Abbaye du Thoronet ;
la chapelle Sainte-Anne (XVIIIe siècle) qui domine et protège le village.
Vignoble, oliveraies et collines boisées cernent de verdure
les 3300 hectares de la Commune.

Château : propriété privée. Visites: de Pâques à octobre à 16h.
Sur rendez-vous pour les groupes : 04 94 04 43 95

Jardin Le Nôtre : propriété de la Commune, ouvert toute l’année.

L’Amiral Bruny d’Entrecasteaux

Le village allait vivre des heures de gloire grâce à
Antoine Raymond Joseph Bruny d’Entrecasteaux,
lorsqu’il fut chargé par Louis XVI de partir à la recherche
de La Pérouse dans l’Océan Pacifique.

Antoine Raymond Joseph Bruny d’Entrecasteaux est né
à Entrecasteaux le 8 novembre 1737 où il passe son enfance.
Il entre dans la Marine à 15 ans sous les ordres du Bailli de Suffren, son parent.

Si sa carrière se déroule sans événement exceptionnel,
c’est au commandement de la frégate Résolution qu’il fait
la preuve de ses qualités : il réussit un périple allant
de la mer des Indes jusqu’en Chine par le détroit de
Malacca et par l’est des Philippines, traversant, contre la
mousson, des régions inexplorées et dangereuses.

En 1791, il est chargé par Louis XVI de partir à la
recherche de La Pérouse dont on est sans nouvelles depuis trois ans.
Nommé Contre Amiral, d’Entrecasteaux appareille de Brest
le 28 septembre 1791 avec les frégates La Recherche
et L’Espérance.
Il explore une vaste région de l’Océan Indien et du
Pacifique Sud, autour de l’Australie et de la Tasmanie en
passant par la Nouvelle-Calédonie, les îles Tonga et la
Nouvelle-Guinée ; mais il ne trouve nulle part trace de
La Pérouse, bien qu’en 1793 il soit passé à quelques milles
seulement de l’île Vanikoro, lieu du désastre de l’expédition.

Le 20 juillet 1793, d’Entrecasteaux succombe au scorbut qui
le rongeait. Son expédition se solde par une moisson de
découvertes et d’observations tant géographiques que
scientifiques. Son nom et celui de ses collaborateurs sont
encore aujourd’hui attachés à de nombreux toponymes des
côtes qu’ils ont reconnues, dont “L’archipel
d’Entrecasteaux” au large de la Papouasie Nouvelle Guinée et un groupe d’îlots et de récifs, connus sous le nom de récifs d’Entrecasteaux, situé au nord de la Nouvelle Calédonie.

Découvrez la région avec :

.

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Facebook

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Translate »

Vous ne souhaitez pas finaliser votre commande tout de suite ...

Entrez votre adresse mail pour sauvegarder celle ci .

Rechercher un produit

Je suis client

Je suis vendeur

Inscrivez-vous à notre newsletter

...et recevez gratuitement un ebook authentique de recettes de cuisine provençale datant de 1900 !

La Cuisinière de Provence : « Il n’est pas de famille ayant séjourné quelque temps dans le Midi, qui ne veuille emporter un manuel de cuisine traitant de celle-ci, telle qu’elle est pratiquée par les Cuisiniers du Pays . »
J.-B. REBOUL Chef de cuisine collecta 1 000 recettes Provençales et 365 menus  Enthousiaste, Frédéric Mistral félicita le cuisinier très cordialement.

L’inscription est 100% gratuite, l’ebook est également 100% gratuit. Une fois inscrit(e), vous recevrez occasionnellement des emails de notre part pour vous communiquer nos offres du moment, ventes privées et/ou nos articles de blog à ne pas manquer ! Vous pourrez vous désinscrire à tout moment, en un clic !

L’inscription est 100% gratuite, l’ebook est également 100% gratuit. Vous recevrez occasionnellement des emails de notre part et pourrez vous désinscrire en un clic !